SWITCH

Nights of Azure 2: Bride of The New Moon

Test SWITCH

Nights of Azure 2: Bride of The New Moon

Par ggvanrom - Le 17 décembre 2017

La fin de l'année approche, et tandis que certains attendent impatiemment de découvrir ce qui les attend sous le sapin de Noël, d'autres comme votre serviteur profitent de leur temps libre pour se pencher sur les jeux qu'ils n'ont pas eu l'occasion de faire ces derniers mois. Au menu aujourd'hui, un jeu tout droit sorti du studio Gust : Nights of Azure 2, et ayant entendu les avis mitigés lors de sa sortie initiale sur PS4 et PSVita et PC, c'est l'occasion de voir si cette version Switch confirmera ou infirmera mes craintes à son sujet.

En préambule...

Avant de débuter ce test, une information est à rappeler, si Nights of Azure 2 existe à l'heure actuelle, c'est qu'un premier épisode a forcément déjà vu le jour, et ici en l'occurence, le premier volet est paru en 2015 sur PS3, PS4, PSVita et PC. N'ayant pas joué au premier épisode, ce test sera essentiellement basé sur mon ressenti vis à vis de l'épisode 2, et ne parlera donc pas des comparatifs d'ajouts (et suppressions) d'éléments entre les deux épisodes.

Une histoire qui a la tête dans la lune.

Pourriez-vous sacrifier votre amie pour le bien de l'humanité ? C'est dans ce contexte que débutera l'histoire de Nights of Azure 2. Nous incarnons Aluche, une jeune femme membre d'un ordre religieux baptisé Curia, dont la mission est d'éliminer les démons fourmillant sur la planète. Ces créatures sont l'engeance du NightLord, une créature ayant été scellée il y a plusieurs siècles, mais qui a pu répandre son sang bleu avant de tirer sa révérence. Ce sang spécial avait la capacité de transformer en démon tous les organismes qui entrainent en contact avec ce dernier.

Récemment promue au rang de Templier, Aluche se voit confier une mission d'une importance capitale : escorter son amie d'enfance et prêtresse Lilianna afin qu'elle soit sacrifiée pour enrayer une nouvelle menace, dénommée Moon Queen. Ces deux amies, rapidement rejointes par une troisième protagoniste dénommée Ruenheid, iront à l'encontre de la mission initiée par Curia et tenteront de trouver un moyen de détruire la Moon Queen sans sacrifier leur amie d'enfance.

Bien que sur le papier cette histoire puisse paraître intéressante à jouer, une fois manette en main, on dénote trois principaux défauts. Le premier réside dans le manque de développement dans la globalité du titre, donnant l'impression que le jeu ne fait qu'effleurer chaque élément de l'histoire sans pour autant creuser un peu pour développer certains sujets qui mériteraient de l'être. Le second, consiste à la relation entre les deux épisodes de la franchise. Tandis que certains reconnaitrons des visages familiers au cours de l'aventure, les joueurs découvrant le jeu risquent de rester dans l'incompréhension devant certaines situations, mais heureusement pour ce point, les encyclopédie intégrées au jeu pourront faire office de bouche-trou scénaristique. Quand au troisième problème, il tient dans la mise en scène du thème centralisé autour de la série, à savoir le Yuri. Pour les non connaisseurs, il s'agit d'une oeuvre centrée sur les relations intimes entre femmes.  

La lune est pleine.

Bien qu'en ce moment, parler d'homosexualité revient à se tirer une balle dans le pied, de par les avis contrastés de l'opinion publique sur le sujet, je vais me risquer sur le sujet et aborder ce qui me dérange dans ce Nights of Azure 2. Le premier point est lié avec ce que j'ai mentionné plus tôt, à savoir la qualité de l'écriture. Le jeu vous mettant aux commandes d'un groupe de jeunes femmes avec de la romance omniprésente, on aurait pu s'attendre à un développement des relations poussé entre chacun des protagonistes. Mais en lieu et place de romantisme, la plume se veut tantôt brouillonne voire décalée, se contentant essentiellement de petites love story et de flirt entre deux missions, pas de quoi faire réellement avancer l'intérêt de l'histoire au final.

L'autre point concerne le casting féminin en général, on ne va pas se mentir, mettre des jeunes femmes à la poitrine et au fessier outrageusement généreux, le tout emballé dans des tenues moulées ou en lingerie reste encore aujourd'hui un des facteurs d'achats impulsifs. Bien que certaines licences en ait fait une marque de fabrique, on pensera notamment à Senran Kagura, ou encore Valkyrie Drive, on aurait apprécié ici que le jeu s'attarde plus sur la notion de romance entre les protagonistes plutôt que de rester bloqué de longues secondes sur une paire de seins ou de fesses durant un échange verbale pauvre en contenu. On pensera notamment aux échanges à la piscine du Hub central, ou encore dans votre cercueil de verre servant à améliorer vos compétences. Mais assez parlé de poitrines et de fesses pour l'heure, il y a encore bien d'autres sujets à traiter dans ce jeu.

Au rythme du cycle lunaire.

Autre série phare de Gust, les Ateliers ont pour habitude de donner aux joueur un délai impartis afin de remplir une série de quêtes pour pouvoir avancer dans l'intrigue, et si ce délai n'était pas respecté, vous vous retrouviez fatalement nez à nez avec l'écran de gale over. Qu'on aime ou qu'on déteste le fait d'avoir une épée de Damoclès au dessus de sa tête dans un jeu vidéo, Gust semble quand à lui tellement apprécier le genre que Nights of Azure 2 possède lui aussi ce système de jeu. Bien que sauver Lilianna et détruire la Moon Queen soit votre quête principale, vous devrez luter contre un autre problème : la Lune d'Azure, ou Azure Moon. Uniquement visible par les démons et semis-démons, une légende raconte qu'une fois que celle-ci disparaitra complètement du ciel, l'humanité toute entière ainsi que le monde disparaitra également. 

Aluche devenant un semi-démon au début de la partie, cette dernière constate donc que le temps est plus que limité pour mener à bien sa quête. Et le problème de temps limite se pose doublement pour elle étant donné que dans sa nouvelle condition, elle ne peut partir en quête que 10 à 20 minutes montre en main. Durant votre aventure, l'hôtel Eterna sera votre hub central, vous permettant d'acheter votre équipement, augmenter vos statistiques etc. C'est par ici également que vous aurez accès à la carte du monde pour choisir dans quelle zone vous allez effectuer votre chasse aux démons.

Ainsi, épée de Damoclès oblige, chaque expédition, sera comptabilisée comme une journée, et une fois rentré à l'hôtel, un croissant de lune disparaitra dans le ciel. Le seul moyen de bénéficier de quelques jours bonus sera d'éliminer les démons faisant office de boss dans le jeu, rajoutant un croissant à la lune déjà entamée. Mais là encore, un problème de pose. Le jeu possède plusieurs fins, et pour avoir la plus complète, il vous faudra augmenter l'affection de chacune de vos coéquipières au maximum, et accomplir leur quêtes secondaires, et à moins d'avoir un guide sous le coude pour vous dire quel équipe avoir à quel moment pour aller à tel ou tel lieu, avoir la vraie fin lors de votre première partie reste fort improbable. Heureusement, un new game + est de la partie pour pourquoi réaliser les actions que vous n'aviez pas faite précédemment. Et pour se faire, il va vous falloir trancher du démon, beaucoup de démons...

Un système de combat perfectible.

Une fois sorti de votre hub, vous serez accompagné par une accolyte de votre groupe, ainsi que deux Servan, qui sont en fait des démons pacifiques qui posséderont des techniques à utiliser pour franchir des obstacles tels que des murs de ronce ou se changer en arme telles qu'une lance ou un bouclier. Dans chaque zone que vous arpenterez, des salves de monstre apparaitrons, et vous devrez les éliminer pour engranger de l'expérience, et déverrouiller l'accès à de nouvelles zones. Niveau gameplay, Aluche utilisera des attaques rapides et puissantes avec les touches X et Y, comme de nombreux beat'em all vous pourrez réaliser divers combos en alternant les touches. Ajouter à cela un système de garde et d'esquive et vous avez un gameplay basique dans son ensemble. Ajoutez à cela la possibilité de réaliser des attaques combinées avec votre Lyly (l'héroïne qui vous accompagne) en réalisant des combos ensembles, Chacune des héroïnes pouvant vous accompagner possède une capacité de soutien qui lui est propre, allant du boost de statistique au recouvrement des points de vie. A vous de choisir l'équipière adéquate en fonction des missions que vous devrez mener.

Malheureusement plusieurs points noirs vous frapperont au bout de quelques sessions. Le premier soucis vient du dynamisme des combats en eux-même. Le jeu demeure très répétitif dans son gameplay, et malgré les attaques combinées qui rajoutent un peu de paillettes sur l'action, on se retrouve devant des ennemis mous comme jamais, que ce soit des mobs standards ou même des boss. Ajoutez à cela une caméra relativement capricieuse, surtout quand vous vous battez dans de petits couloirs, ainsi que les cris de certains monstres relativement pénibles (mention spéciale pour les abeilles et les harpies), vous vous retrouverez à vouloir éviter au maximum les contacts avec les monstres. Problématique quand vous devez en éliminer un maximum pour monter de niveau... Et malheureusement, les soucis ne s'arrêtent pas ici pour Nights of Azure 2... 

Une réalisation bancale.

Les habitués des jeux de Gust le savent, ces derniers n'ont pas pour habitude de proposer des jeux arborant des prouesses techniques folles, mais il y a tout de même un minimum à fournir. Hormis les cinématiques plutôt bien modélisées, le jeu en lui-même affiche un rendu fade et des environnements au mieux basiques, ou au pire très pauvre en terme de level design. Niveau performance, vous noterez également divers ralentissements, notamment lorsque de nombreux ennemis apparaissent en même temps sur la map. Et pour clôturer la liste des problèmes techniques, diverses portions de textes ont purement et simplement disparues, laissant place à des cases de dialogues complètement vides.

Ces problèmes sont d'autant plus regrettable qu'à contrario de tout cela, la bande son reste de très bonne facture avec des thèmes envoutants. A noter également que si le timer indiquant le temps restant pour notre session arrive à zéro, vous reviendrez tout simplement à l'hôtel, et vous conserverez toute l'expérience ainsi que les objets trouvés lors de votre chasse. Oublie de la part des développeurs ou mise en place maladroite de ce système de jeu ? A vous de choisir...

4.5
Nights of Azure 2 avait de quoi plaire sur le papier. Un casting intégralement féminin agréable à l’œil, une histoire de sacrifice certes classique, mais qui bien amenée pouvait donner quelque chose d'intéressant notamment les histoires de chaque protagoniste à développer. Malheureusement les nombreux couacs techniques, et la réalisation tantôt maladroite, tantôt ratée font de cet épisode pourtant prometteur un Action-RPG basique, avec une concept de limite de temps mal maîtrisé, et une finition discutable.

  • De jolies cinématiques...
  • L'OST du jeu
  • Les attaques combinées
  • ... Mais un rendu en jeu à la limite de l'acceptable
  • Trop de bugs et de ralentissements
  • Des bruitages datés
  • Certains monstres qui vous vrillent les oreilles
  • Mauvaise application de la limite de temps
  • Une IA trop basique
  • Le bouton B pour valider les actions dans le menu, on s'y habitue pas...
Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte